This site uses cookies! Learn More

Ce site utilise des cookies !

En continuant à utiliser ce site, vous vous engagez à nous permettre de stocker des cookies sur votre ordinateur.

 

Si nous utilisons des cookies et retenons des données anonymes, c’est pour nous aider à mieux gérer notre mesure d’audience, aider nos partenaires commerciaux à nous rémunérer et nos partenaires publicitaires à proposer des annonces qui vous correspondent.

 

Grâce à ces cookies, le forum est en mesure de savoir qui écrit un message et utile pour le système d'authentification.

 

En cliquant sur « J'accepte », vous acceptez l'utilisation par NAS-Forum de cookies publicitaires et de mesure d'audience fine.

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 22/03/2019 dans toutes les zones

  1. 2 points
    Zeus

    [TUTO] Pourquoi et comment utiliser un nom de domaine ?

    Bonjour, Je vois encore trop de personnes cherchant de l'aide sur l'utilisation de leurs adresses IP pour se connecter à leurs serveurs à distance ou pour partager des données. Je vais donc vous expliquer ci-dessous pourquoi je vous recommande vivement de prendre un nom de domaine. D'abord, on va casser le mythe tout de suite, un nom de domaine, c'est pas cher quand on prend en compte qu'on vient de dépenser pas mal d'argent dans un NAS et des disques durs ainsi qu'un onduleur et un moyen de sauvegarde. Le site OVH (français) par exemple, propose sa propre extension (.ovh) pour moins de 4 euros par an. Je paie moins de 10 euros par an pour un .fr chez eux par exemple. Il existe beaucoup de "registrar" mais je recommande toujours OVH parce qu'il est français, fiable et qu'il permet de travailler avec une IP dynamique via un service DDNS. Il propose aussi différentes API qui peuvent plaire à certains. J'utilise par exemple une API OVH pour la validation de mes certificats Wildcard de Let's Encrypt. Pourquoi ne pas utiliser Quickconnect ? Vous pourriez le lire assez souvent sur le forum, nous ne conseillons pas du tout la fonction QuickConnect intégrée au NAS Synology et en voici les raisons principales. Tout le trafic lié à votre NAS passe par des serveurs tiers. La qualité de connexion et de transit des données est lié au bon fonctionnement des serveurs tiers or on constate régulièrement chez les membres qui utilisent QuickConnect que ça ne fonctionne pas si bien que ça. C'est souvent très lent quand ça fonctionne. On ne contrôle absolument pas ce moyen de connexion et de communication. Adresse IP fixe et adresse IP dynamique : Une adresse IP, c'est un peu comme votre numéro de sécurité sociale. Elle est liée à un propriétaire (le client déclaré chez l'opérateur). C'est d'ailleurs comme ça que fonctionne la fameuse HADOPI quand ils attrapent quelqu'un sur la toile. Ils contactent l'opérateur en fournissant l'adresse IP, la date et l'heure et l'opérateur sait tout de suite quel client avait cette adresse IP à ce moment précis. Ils se fichent par contre de savoir QUI exactement utilisait la connexion à ce moment là. Ils partent du principe que le responsable, c'est le client déclaré chez l'opérateur. Aujourd'hui, il existe trois types d'adresses IP qui nous concerne quand on prend un abonnement internet chez un opérateur. IP fixe IP dynamique IP fixe partagée L'IP fixe (aussi appelée IP statique), c'est ce que tout le monde voudrait. Une IP qui ne change jamais est idéale pour héberger des services sur lesquels on voudrait un accès externe. L'IP dynamique, elle change régulièrement et ça sans prévenir. Mais on peut travailler avec un service DDNS qui sera chargé de surveiller ces changements d'IP régulièrement pour mettre à jour le système automatiquement. L'IP fixe partagée, c'est une plaie mais à ma connaissance, seul Free le fait pour certains clients et les clients peuvent facilement demander une IP fixe via le site internet de Free. Elle a pour conséquence de partager la même IP fixe entre plusieurs clients mais en séparant en plusieurs parties la plage de ports. Un premier client aura la chance d'avoir par exemple les ports 22, 80, 443 etc... quand les autres devront faire sans. La plupart des clients ne voient pas le soucis quand ils ne font que de la visite de sites/blogs ou du visionnage youtube mais pour quelqu'un utilisant ces ports pour de l'hébergement, ça devient tout de suite problématique si il a pas la chance de les avoir. D'autres soucis peuvent s'ajouter à ça comme le bannissement sur un jeu ou un site internet de l'IP à cause d'un client et c'est tous les autres clients ayant cette IP partagée qui seraient punis. Voici en gros les principaux opérateurs français et si ils offrent une IP fixe, dynamique ou partagée. Orange : IP fixe (option chère) et IP dynamique d'office (fibre et ADSL) SFR : IP fixe (fibre) et IP dynamique (ADSL) Free : IP fixe (fibre et ADSL) et IP partagée (fibre et ADSL) Bouygues : IP fixe (fibre, ADSL), IP dynamique (câble) Si vous avez une adresse IP partagée, vous pouvez demander une adresse IP fixe fullstack rien que pour vous 🙂 Pour se faire, il vous suffit d'en faire la demande sur votre espace client sur free.fr Voir ce site qu'il l'explique un peu plus en détail : https://www.freenews.fr/freenews-edition-nationale-299/fibre-optique-125/loption-ip-fixe-finalement-disponible-freebox-fibre-zmd Pourquoi prendre un nom de domaine ? Un nom de domaine est plus facile à retenir et donc à partager qu'une adresse IP. D'autant plus si cette dernière n'est pas fixe ! Un nom de domaine ne fait pas peur au grand public contrairement à une adresse du type : 98.172.34.29 On peut utiliser plusieurs domaines différents sur une même IP alors que vous ne pourrez pas utiliser plusieurs IP sur une même IP. (mondomaine1.fr, mondomaine2.com) On peut utiliser d'autres domaines sur son propre domaine (ndd.tld, video.ndd.tld, mail.ndd.tld etc...). Ça fait quand même plus professionnel. Votre adresse IP peut changer même dans le cas d'une IP fixe (changement d'opérateur ou déménagement par exemple) mais pas votre nom de domaine. On peut cacher les ports des différents services (5000, 5001, 8080 etc...) qu'on met en ligne en utilisant les ports connus 80 et 443 via un proxy inversé ou virtual host. On peut obtenir un certificat SSL pour son domaine. Est-ce facile à mettre en place ? Oui, c'est très facile à faire et ça ne prend que quelques minutes maximum. Un peu long à se valider (24h max en général et en 2h chez OVH) parce qu'il faut que votre nouveau domaine créé se propage (se fasse connaître en gros) partout sur la planète à travers une multitude de serveurs DNS. Voici la procédure : Rendons-nous sur la page officielle d'OVH pour choisir notre nouveau nom de domaine : https://www.ovh.com/fr/domaines/ Une fois le domaine libre choisi, on passe commande comme on passerait une commande sur Amazon. Pour les options, à vous de voir ce dont vous avez besoin 😉 Une fois la commande passée et finalisée, on va se rendre sur la page de configuration : https://www.ovh.com/manager/web/index.html#/configuration Le nom de domaine dans ce tuto n'est plus utilisé et sera résilié dans le courant de l'année 2019. Merci donc de ne pas le spammer par respect du potentiel prochain acquéreur. Pour une IP FIXE : Nous allons nous rendre sur notre nom de domaine puis sur notre zone DNS Il suffit d'indiquer son IP fixe dans la cible et valider. On laisse vide le champ "sous-domaine". Pour obtenir votre adresse IP fixe, on peut visiter ce site par exemple : http://www.mon-ip.com/ Une fois cettre entrée validée, on peut surveiller la propagation DNS afin de s'assurer qu'elle a bien été prise en compte. https://www.whatsmydns.net/ Selon les registrars, la propagation peut durer 24h environ. Chez OVH, je n'ai jamais dépassé les deux heures. Pour une IP DYNAMIQUE : C'est légèrement différent pour une IP dynamique puisqu'il faudra passer par le service DDNS. Premièrement, nous allons supprimer l'entrée A si il en existe une qui aurait été créé par OVH pendant la mise en place du domaine. C'est ici que ça se passe : Ensuite, nous allons créer une règle DynHost. Il suffit d'indiquer un domaine et son IP dynamique dans la cible et valider. Pour obtenir votre adresse IP, on peut visiter ce site par exemple : http://www.mon-ip.com/ Ensuite il faut créer un identifiant afin qu'il puisse gérer les changements d'IP. On indique les informations en prenant en compte ce qu'on avait déjà rempli précédemment. Maintenant, on va se rendre sur le NAS dans "Panneau de configuration > Accès externe > DDNS" puis on clique sur Ajouter : On a plus qu'à entrer ce qu'on a fait précédemment sur notre compte OVH. On teste la connexion et on devrait obtenir un statut "normal" comme ci-dessous. On clique sur Ok pour valider. Pareil que pour l'IP FIXE, on va pouvoir surveiller la propagation de notre domaine dans le monde avec le lien ci-dessous : https://www.whatsmydns.net/ Ensuite, il ne reste plus qu'à ouvrir le port 443 et créer des règles de proxy inversé. Pour ça, je vous laisse vous tourner vers un tuto déjà créé par Kawamashi.
  2. 2 points
    Lucien77

    licence surveillance station

    Si, et ça marche super bien, utilise celui de ta CB 😛
  3. 2 points
    Bonjour, en fait, microsoft a supprimé l'accès smb V1 par sécurité, pour éviter la propagation de certains ransomwares qui utilisaient cette ancienne version de smb pour contaminer les sauvegardes et les autres ordinateurs connectés au réseau. Cette suppression a été faite depuis la version 1709 de windows 10. https://support.microsoft.com/fr-fr/help/4034314/smbv1-is-not-installed-by-default-in-windows Le soucis étant qu'il y a de nombreux services utilisant encore smbV1, les anciens NAS ne pouvant plus être mis à jour par exemple. Il est possible de réactiver smb V1 en suivant le tuto disponible sur le site de wd https://support.wdc.com/knowledgebase/answer.aspx?ID=21711&lang=fr Personnellement, j'ai galéré pas mal de temps avant de trouver cette solution qui fonctionne pour ma version de windows 10 64bits pro. Je n'arrivais plus à accéder à mon vieux NAS avec un de mes ordinateurs par contre, aucun soucis avec mes appareils sous debian ou fedora, pas de soucis non plus avec un ordinateur windows 10 home n'ayant pas été réinstallé depuis plus d'un an et demi. Si vous avez la possibilité de désactiver smbV1 (mettre smbv2 au minimum) sur le NAS sans gêner votre organisation du réseau, autant passer par cette solution qui aura le mérite de ne pas modifier windows.
  4. 1 point
    Bonjour, Dans ce petit tuto, nous allons voir comment partager des données sur internet avec d'autres personnes. Auparavant, je vous recommande vivement d'appliquer ce tutoriel sur votre configuration : [TUTO] Sécuriser les accès à son nas - Tutoriels - NAS-Forum Par quel moyen peut-on partager des données à distance avec un NAS Synology ? Par email Par des liens partagés Il y a d'autres possibilités comme les protocoles SFTP ou FTP ou un accès à File Station mais je les évoque pas dans ce tutoriel car j'estime qu'on ne parle plus de partage occasionnels et qu'il faut en plus que l'autre personne ai un compte sur DSM. Prérequis pour le partage de fichiers On commence par activer la journalisation afin d'avoir un historique de tout ce qui est fait sur File Station. FileStation > Paramètres Puis on autorise sur File Station le partage de fichier. FileStation > Paramètres > Liens partagés Email Pour partager un fichier par email, il faut d'aborder configurer une boite mail qui est fonctionnelle. Pour se faire on clique sur le petit bonhomme en haut à droite de notre fenêtre. Puis on sélectionnes "Perso." On se rend sur l'onglet "Compte email" puis on clique sur le bouton "Ajouter". Ensuite, on sélectionne le fournisseur que l'on souhaite ou "Customize" si vous avez votre propre serveur de mail ou un autre fournisseur qui n'est pas dans la liste. On rempli correctement les champs demandés et on enregistre. Passons maintenant au partage de fichiers à proprement parler par mail. On se rend sur File Station et on va dans un dossier partagé. On fait un clic droit sur un (ou plusieurs) fichier/archive et on sélectionne "Envoyer en tant que pièces jointes de l'email". Une nouvelle fenêtre s'ouvre et elle vous permet d'envoyer un mail avec le fichier sélectionné. Nous pouvons lire dans la zone de notification que le mail a bien été envoyé 🙂 La personne de son côté à bien reçu le mail avec les pièces jointes. ATTENTION : cette fonction de partage n'est pas répertoriée dans le journal de File Station. Liens partagés Pour créer un lien partagé sur un fichier, c'est un peu plus simple que pour l'envoi par mail. Mais avant on doit régler un petit paramètre important pour obtenir de beaux liens partagés et non des adresses IP par exemple. Pour se faire, nous allons sur : Panneau de configuration > Accès externe > Avancé Là, on configure comme ci-dessous en précisant notre domaine et les ports http et https. Pour ceux qui utilisent un vrai domaine et le reverse proxy, vous pouvez bien entendu mettre un domaine personnalisé. J'ai moi même mit mon domaine lié à File Station 😉 ATTENTION : la connexion à DSM en http/https pendant l'établissement du lien partagé est important. En établissant un partage de données en étant connecté en http, alors le lien partagé sera lui aussi en http. Alors que si on est connecté en https alors on obtiendra un lien partagé en https aussi. A prendre en compte donc... Passons maintenant au partage des données On se rend sur File Station et on va dans un dossier partagé. On fait un clic droit sur un (ou plusieurs) fichier/archive et on sélectionne "Partager". Dans la nouvelle fenêtre qui s'est ouverte, on a plusieurs informations que voici : Pour la partie sécurité, on peut : Appliquer une période de validité qui se compte en durée et/ou en nombre d'accès. Une fois configuré, le lien sera cassé (invalide) mais non supprimé (toujours listé) lorsque la règle définie sera appliquée. Exemple : Je partage un fichier et je veux que le lien de partage soit fonctionnel uniquement pour un seul accès. J'applique donc une règle d'un seul accès uniquement ce qui aura pour conséquence d'invalider le lien une fois que quelqu'un aura visité une fois le lien. Voici le résultat quand on visite le lien : Une fois le lien visité avec comme configuration d'un seul accès, voici le résultat sur le lien partagé : Pour obtenir la liste des liens partagés, il faut se rendre sur : File Station > Outils > Gestionnaire de liens partagés J'insiste encore sur le terme "visité" car c'est bel et bien le cas. Si vous partagez un fichier avec cette règle et que la personne visite la page de téléchargement et ferme cette page sans avoir téléchargé le fichier alors il ne pourra plus le télécharger par la suite et il faudra créer un nouveau lien de partage. On peut aussi ajouter un mot de passe afin d'être sûr que si le lien tombe dans de mauvaises mains la personne ne puisse pas télécharger le fichier. Le résultat quand on visite le lien partagé : Personnalisation Pour personnaliser la page de téléchargement, on se rend sur : File Station > Paramètres > Liens partagés Tout en bas de la fenêtre, on a "Personnalisé". En cliquant sur "Paramètres personnalisés", on obtient cette fenêtre qui nous permet de personnaliser l'interface de la page de téléchargement : Demande de partage Pour finir, on va aussi voir comment permettre à une personne de partager des données avec nous. On se rend sur File Station, dans un dossier partagé. On clique droit sur un dossier et on sélectionne "Créer une demande de fichier". Une nouvelle fenêtre s'est ouverte et elle ressemble à ceci : On peut personnaliser le nom, le message, mettre une condition de validité toujours par durée et/ou nombre d'accès, et on peut activer la protection par mot de passe. Une fois le lien partagé, on obtient cette page si on a appliqué un mot de passe : Une fois le mot de passe validé, on obtient cette page : La personne doit mettre un nom puis sélectionner les fichiers qu'elle veut envoyer. Ensuite, elle clique sur "Charger" : Ce qui donne comme résultat pour la personne qui partage : Si on se rend dans notre dossier partagé et notre dossier de partage, on voit qu'un dossier a été créé : Bien entendu, on trouve à l'intérieur les fichiers partagés par la personne 🙂 FIN DU TUTO
  5. 1 point
    Zeus

    [GUIDE] Débuter avec un NAS Synology.

    Bonjour, Vous venez d'acheter un NAS et vous ne savez pas par ou commencer, et bien nous allons voir ensemble les principales étapes les plus importantes et surtout prioritaires afin d'éviter de futurs problèmes ! Un NAS, c'est un serveur de stockage en réseau. Il est donc important que le système soit correctement installé et surtout sécurisé. Il est vivement recommandé de suivre toutes ces étapes ci-dessous et surtout d'essayer de les comprendre ! Si vous avez des questions, vous pouvez bien entendu les poser à la suite de ce tutoriel ou sur les tutoriels en question indiqués ci-dessous quand ça concerne un de ces derniers. ALIMENTATION Onduleur : Il est important de prendre en compte que votre NAS contient de l'électronique et surtout des disques durs mécaniques. Ces disques durs et l’électronique n'aiment pas du tout les surtensions et encore moins les coupures de courant inopinées ! Nous vous recommandons donc vivement de mettre entre la prise électrique et le NAS ce qu'on appelle un onduleur afin d'éviter de subir des pertes de données et même pire votre matériel. Le but de l'onduleur sera de réguler correctement la tension mais aussi de prévenir en cas de soucis sur la ligne électrique. Dans ce cas, si c'est bien configuré, le NAS pourra passer en mode sans echec Pour plus d'explications sur le sujet, je vous renvoi vers cette page qui l'explique très bien : http://www.europ-computer.com/dossiers/dossier_6_18.html Dans le cas ou vous auriez un onduleur, il faut bien entendu l'ajouter au NAS. Il y a deux possibilités pour faire cela. Brancher l'onduleur sur le NAS directement Connecter le NAS à l'onduleur via son serveur si il est déjà sur un autre NAS par exemple. Nous allons voir la première possibilité. Branchez votre onduleur sur le NAS et rendez-vous sur : Panneau de configuration > Matériel et alimentation > UPS c'est ici que vous pourrez ajouter votre onduleur. Pour l'ajout d'un onduleur qui est en mode serveur, ça sera pratiquement la même chose. Extinction et/ou hibernation : Un NAS, ce n'est pas qu'un simple disque dur et nous ne recommandons pas d'éteindre votre NAS régulièrement. Nous sommes en 2019 et ces appareils ont été fabriqués pour tourner 7/7 H24. Le faite de redémarrer régulièrement un NAS (plusieurs fois par jour) peut user prématurément les disques durs. Quant à l'hibernation des disques durs, c'est vivement déconseillé de le faire sur un NAS ! Petite exception : Si comme moi ou d'autres membres, vous avez un NAS qui est destiné uniquement à recevoir et stocker des sauvegardes de temps en temps (une fois par jour par exemple), alors vous pouvez le configurer pour qu'il s'éteigne et s'allume automatiquement avant le lancement de la sauvegarde. Pour se faire, nous allons aller sur : Panneau de configuration > Matériel et alimentation > Planif. alim Sur cette fenêtre, on peut créer des règles pour éteindre ou allumer le NAS. On peut aussi laisser le NAS allumé en permanence et choisir uniquement de mettre en veille les disques durs (je rappelle que ce n'est pas conseillé de le faire régulièrement). Pour se faire, on se rend sur : Panneau de configuration > Matériel et alimentation > Hivernation du disque dur Et là, on peut choisir la durée de non utilisation des disques durs avant qu'ils ne passent en veille. Note : il faut prendre en compte que la sortie de veille peut prendre quelques instants. SAUVEGARDE Il est aussi très important d'envisager un moyen de sauvegarde pour vos données. Pour se faire, je vous redirige vers ce tutoriel : INSTALLATION DE DSM Pour installer DSM, ce n'est pas compliqué et il suffit de suivre étape par étape ce qui est demandé sur votre écran. On va voir les grandes étapes ci-dessous : Recherche du NAS : On part du principe que vous avez déjà installer un (ou plusieurs) disques dur vierges dans votre NAS et que ce dernier est allumé. Vous avez même déjà entendu le bip sonore qui indique que le NAS est fonctionnel. Si vous ne savez pas comment aller consulter votre routeur pour connaitre l'adresse IP du NAS, je vous recommande de télécharger l'utilitaire "Synology Assistant" qui se chargera de trouver votre NAS sur votre réseau. https://www.synology.com/fr-fr/support/download Vous pouvez aussi essayer de le trouver en consultant ce lien : http://find.synology.com/ NOTE : certaines extensions sur votre navigateur peuvent bloquer la recherche sur le réseau local ce qui a été mon cas sous Firefox ce qui m'a obligé à faire une recherche du NAS avec le navigateur Iridium. Installation de DSM : (version 6.2.1 au moment de la rédaction de ce tutoriel) ATTENTION : les étapes présentées ci-dessous ont été effectuées sur une machine virtuelle via Docker sur le NAS donc votre première visite sur votre NAS via votre navigateur peut légèrement différer. Si vous désirez aider pour ce tutoriel et que vous vous apprêtez à installer un NAS Synology, merci de poster des captures d'écran de l'installation de départ pour que je puisse les ajouter au tutoriel 😉 Une fois DSM installé (pas de captures d'écran pour cette étape), on se retrouve sur une page qui nous demande des informations d'identifiants désirés pour le compte administrateur principal. On indique donc un nom d'utilisateur ainsi qu'un mot de passe fort. On répète le mot de passe tapé et on clique sur "Suivant". Ensuite, nous devons choisir les paramètres pour la recherche et application des mises à jour de DSM. Je vous recommande comme Fenrir sur son tuto sécurité de choisir la seconde option ; c'est à dire, de laisser DSM chercher des mises à jour mais qu'il vous laisse les installer manuellement. On a déjà vu par le passé des mises à jour avec des petits soucis, alors il vaut mieux attendre d'être sûr avant de les appliquer ! On clique ensuite sur "Suivant". Ensuite, nous avons une confirmation que c'est terminé et ça nous demande si on veut partager l'emplacement du réseau. A vous de voir... On clique sur "Exécuter". Voilà, DSM est installé 🙂 Pour la question "Analyse de périphérique", libre à vous d'accepter ou non. Choisir son RAID : Le système RAID (Redundant Array of Independent Disks) est une technologie de stockage qui permet de combiner plusieurs disques durs en un seul espace de stockage. Il existe différents types de RAID, chacun fournissant différents niveaux de performance, de capacité de stockage et de fiabilité. En gros car j'en ai certainement perdu quelques un d'entre vous, si on utilise par exemple un RAID 1 avec deux disques durs dans le NAS, ça veut dire que les premier disque dur est cloné sur le deuxième à l'identique. Si un des deux disque dur tombe en panne alors le serveur peut continuer à fonctionner sous réserve de remplacer rapidement le disque dur tombé en panne. NOTE : le système RAID est utilisé principalement pour de la continuité de service et en aucun cas comme de la sauvegarde ! Voici une page mise en place par Synology pour simuler/comparer un RAID. https://www.synology.com/fr-fr/support/RAID_calculator Pour choisir un type de RAID, vous pouvez aussi visiter ce lien : https://www.synology.com/fr-fr/knowledgebase/DSM/help/DSM/StorageManager/storage_pool_what_is_raid En général, on appliquera un RAID 1 (SHR) pour deux disques durs et un RAID 5 (SHR) pour trois/quatre disques durs. SÉCURITÉ Sécurisation : Maintenant que votre NAS est installé et qu'il est fonctionnel, il faut penser en priorité à sa sécurisation. C'est le point le plus important avant de l'utiliser et vouloir le mettre en production ! Pour la sécurité de votre NAS, rien de mieux que de suivre le très bon tutoriel de Fenrir 😉 Accès VPN : Si vous avez une bonne connexion internet et que vous voulez ouvrir votre NAS vers l'extérieur, nous vous recommandons aussi vivement d'utiliser un accès VPN. Pour se faire, autant continuer avec Fenrir et son super tuto 🙂 DIVERS Voici quelques petites astuces qui pourraient vous sauver la vie ou faciliter votre quotidien avec votre NAS. Journal : Pour avoir un aperçu de ce qui est fait sur le NAS, nous pouvons utiliser le paquet "Centre des journaux". Ce dernier se présente ainsi : On peut en cliquant sur l'onglet "Journaux" voir toute la journalisation du système sur le NAS. On peut aussi affiner une recherche : File Station : Pour la journalisation de ce qui est fait sur le NAS au niveau de la manipulation des fichiers, nous allons activer le journal de File Station. Ça aura pour conséquence de mémoriser dans le journal la création de répertoires/fichiers, modifications, suppressions etc... ce qui peut être pratique pour remonter à la source d'un problème rencontré. File Station > Paramètres Le journal se présentera comme ceci en détaillant ce qui a été fait et par qui. Corbeille : Je vous recommande vivement d'activer les corbeilles sur vos dossiers partagés. Ça aura pour conséquence qu'en cas de suppression accidentelle, vous pourrez avoir un moyen de récupérer ces données. Je pars du principe que si la corbeille n'est pas activée alors les données sont perdues définitivement. Il y a bien des moyens d'essayer de récupérer ses données mais ce n'est pas fiable à 100% et ça peut prendre beaucoup de temps. Autant l'appliquer de suite 🙂 NOTE : l'activation de la corbeille n'est pas généralisée pour tous les dossiers partagés. Il faut donc le faire pour chaque dossier partagé 😉 Dossier qu'on créer en direct : Dossier partagé déjà créé : Panneau de configuration > Dossier partagé > (clic droit sur un dossier partagé existant puis modifier) On peut ensuite aller voir notre dossier partagé et y trouver la corbeille. On peut bien évidemment consulter la corbeille et restaurer les données supprimées. Corbeille : On peut aussi programmer le vidage des corbeilles automatiquement. On se rend sur : Panneau de configuration > Dossier partagé > Action > Créer une planification de vidage de la Corbeille On est redirigé sur le planificateur de tâches et une nouvelle fenêtre s'ouvre. On lui donne un nom puis on se rend sur l'onglet "Programmer". On choisit la programmation souhaitée du lancement de la tâche puis on se rend sur "Paramètres de tâche". Ensuite, on a différent paramètres : Choix des corbeilles à vider. On peut choisir la corbeille d'un dossier partagé, de plusieurs dossiers partagés ou les corbeilles de tous les dossiers partagés. On peut appliquer une politique de conservation. Ex : pas de suppression des données ayant une ancienneté de moins de 7 jours. Nous avons aussi des paramètres avancés que je liste juste en dessous. Le bouton "Paramètres avancés" propose ceci comme options : Une fois validé, on retrouve la tâche dans le planificateur de tâche (désactivé pour le tuto) : Panneau de configuration > Planificateur de tâches Autres Nom de domaine Si vous comptez utiliser un nom de domaine, voici un sujet qui en parle : Avec ça, je vous recommande le tuto de Fenrir sur l'installation d'un serveur DNS : Puis pour aller un peu plus loin, l'utilisation d'un proxy inversé : FIN DU TUTO
  6. 1 point
    Bonjour, Merci pour cette info. Cependant, il faudrait aussi faire des comparatifs de fiabilité entre SSD et DD mécaniques... J'ai l'impression que ça serait les DD mécaniques qui gagneraient. Je me trompe ? 🙄
  7. 1 point
    Zeus

    [TUTO] Installer Emby (concurrent de Plex) via Docker.

    Bonjour, Qu'est-ce que Emby ? Réunir toutes vos vidéos, votre musique et vos photos personnelles au même endroit n'a jamais été aussi simple. Votre serveur Emby 100% personnel diffuse automatiquement vos fichiers multimédias pour qu'ils soient lus sur n'importe quel appareil depuis chez vous ou partout dans le monde. Il m'arrive un peu trop souvent de devoir expliquer l'installation d'Emby ici ou ailleurs alors je fais un petit tuto rapide pour montrer la config dans Docker. Les sept principales différences avec Plex sont : 1. 100% open source (sources disponibles sur leur Github). Certains bouts de codes seront bientôt fermés. 2. Serveur 100% personnel. Sur Plex, il faut à la fois faire connaitre son serveur chez eux mais aussi passer par leurs serveurs continuellement... 3. Respect de votre vie privée ! Ne traque pas ses utilisateurs avec des collectes de données. Du côté de Plex, en plus de traquer leurs utilisateurs, ils le font en passant par les services de Google... Notre serveur Emby : Notre serveur Plex : 4. Un serveur Emby est plus léger qu'un serveur Plex. 5. Les développeurs sont à l'écoute de leurs clients (voir le forum officiel). 6. Emby est personnalisable. 7. Possibilité d'installer des plugins (gratuit/payants). C'est encore le cas chez Plex mais plus pour longtemps selon les dernières informations sorties. Prérequis : Installer Docker sur son NAS. Avoir un compte spécifique pour Emby en lecture seule sur sa médiathèque. On commence par télécharger Emby : Ensuite, on installe l'image : A ce moment précis, c'est vous qui décidez de ce que vous voulez comme configuration pour les performances de votre serveur. Ici, on ajoute : Dossier docker/emby > /config en lecture et écriture (c'est ici que toute la configuration ou les images téléchargées par Emby se trouveront) Dossier médias > /nom_du_dossier en lecture uniquement On coche la case afin de garder le même réseau que Docker. Pour les variables d'environnement, on doit ajouter l'UID et le GID de notre utilisateur créé pour l'occasion. Pour ce faire, on va chercher l'information en SSH en tapant la commande "id nom d'utilisateur" et on prend les informations. Là, l'UID est 1047 et le GID est 100 On applique et le container se lance. Il vous suffit ensuite d'aller sur : http://adressedunas:8096 pour accéder à Emby On peut bien évidemment configurer une règle de proxy inversé pour y mettre notre domaine. Note importante : Emby est de base accessible à tout le monde, il faut sécuriser le compte administrateur créé après la première configuration. On clique sur la roue crantée tout en haut à droite puis dans la colonne de gauche, on sélectionnes "Utilisateurs". On sélectionne l'unique utilisateur créé et on clique sur mot de passe : On peut attribuer un mot de passe mais aussi un code pin pour les accès locaux. FIN du tuto installation.
  8. 1 point
    Normal, le tuto attends l'approbation d'un modérateur comme tous les tutos qui sont en ligne. Et comme c'est un tuto sur la sécurité directe, ça prend un peu plus de temps. Mais je te rassure, le tuto arrive d'ici peu.
  9. 1 point
    ma "remarque" était justement pour ne pas trop s'y attarder, et ne surtout pas reprendre qqn qui se donne bcp de mal pour faire vivre ce forum et faire des autos sympas
  10. 1 point
    Pas complètement d'accord avec toi mais tu le sais déjà. Nous sommes deux fervents défenseurs mais pas pour la même application 😂 Sauf qu'encore une fois, ton serveur n'est pas 100% à toi. Si demain Plex ferme ou subit une attaque sur leurs serveurs (tout peut arriver avec internet) alors ton serveur ne fonctionne plus puisqu'il ne peut pas communiquer avec les serveurs de Plex. Quand au port, suffit de faire passer le serveur Emby sur le 443 avec un domaine personnalisé et c'est tout. Pas la mer à boire non plus. Quand j'installe un service sur mon NAS (surtout un serveur), il se doit d'être à 100% sur MON serveur. J'allume pas ma télé car je ne la regarde pas (grosse perte de temps de mon point de vue quand je vois ce qui passe) 😂 Et puis Emby a décidé que le forum communautaire était amplement suffisant pour savoir ce que leurs clients voulaient contrairement à Plex qui n'est pas vraiment à l'écoute de leurs clients quand on va lire le forum officiel. Bref, on refera pas le débat publiquement 😉 Nous avons deux points de vue différents. A chacun de se faire sa propre opinion en connaissance de cause. Et puis perso, ça m'apportera rien que des membres installent ou non Emby plutôt que Plex. Je bosse pas pour eux.
  11. 1 point
    kanjusei

    Reverse proxy :Headers avec Qbittorrent

    Bonjour, Depuis une mise à récente de Synology, on peut ajouté des en-têtes sur le proxies inversés. Peut 'on ajouté tout les en-têtes possible ou c'est limité ? J'ai installé Qbittorrent avec docker, tout fonctionne bien, sauf la connexion par mobile ou la liaison avec d'autres services qui dépendent de cet connexion. Les en-têtes que je dois ajouté pour que Qbittorrent fonctionne sur mobile sont les suivants : proxy_set_header X-Forwarded-Host $server_name:$server_port; proxy_hide_header Referer; proxy_hide_header Origin; proxy_set_header Referer ''; proxy_set_header Origin ''; add_header X-Frame-Options "SAMEORIGIN";
  12. 1 point
    Bonjour, Les nouveaux membres sont invités à se présenter dans la section prévue à cet effet 😉 Présentation - NAS-Forum Pour répondre à ta demande, est-ce qu'une extension sur Chrome et Firefox qui surveilleraient les boites mails ne suffiraient pas ? Exemples pour Firefox : https://addons.mozilla.org/fr/firefox/search/?q=check mail
  13. 1 point
    Zeus

    NAS impossible d'accès avec IP sur autre réseau

    Bonjour, Message pour l'auteur du topic : Tu devrais en priorité et avant de penser à accéder à ton NAS de l'extérieur appliquer ces quelques règles : Parce que là, il y a quelques soucis de sécurité chez toi... Je vais prendre pour exemple tes histoires de ports qui s'ouvrent ou disparaissent de ta box en activant/désactivant certaines fonctions comme QuickConnect. Ça ressemble fortement à une fonction Upnp d'activée et ce n'est pas bon du tout. Pareil si il y a une option DMZ d'activée !
  14. 1 point
    Pas obligatoirement, tout dépend du masque réseau de son PC. J'ai un PC en 192.168.1.199 et j'accède à un nas en 192.168.2.254 sans problème
  15. 1 point
    Vasyjeannot

    RT2600AC avec Orange fibre et SANS Livebox

    Quelle arrogance, il n' y a qu' ici que l' on voit ça
  16. 1 point
    church

    RT2600AC avec Orange fibre et SANS Livebox

    Ta réponse précédente n'amenait déjà pas le sujet bien loin de toute façon...si ce n'est sur un autre forum... [emoji6] Tu peux effectivement t'abstenir de toute intervention si tu n'as rien d'intéressant à rajouter. Au moins tu auras pu gratter deux messages supplémentaires puisque le quantitatif semble le plus important pour toi. Envoyé de mon SM-T595 en utilisant Tapatalk
  17. 1 point
    church

    RT2600AC avec Orange fibre et SANS Livebox

    Bonjour, Si j'ai pris le temps de poster c'est justement que je n'ai pas trouvé de réponse explicite sur le paramétrage du RT2600AC pour remplacer complètement la Livebox. J'ai parcouru plusieurs pages de topics dont ceux de la fibreinfo et des forum d'orange et il n'y a pour l'instant que très peu de documentation sur les configurations de ce type : en effet, entre les offres pro, les protocoles de connexion qui peuvent différer (PPPOE ou DHCP), les installations différentes (avec ou sans ONT, avec convertisseur SFP et switch supportant les VLAN), les abonnements avec ou sans TV et les VLAN associés, ces discussions sont très confidentielles et ne permettent pour l'instant pas de dégager un paramétrage type. Orange ne fournit évidemment aucun support en dehors de son matériel. Si je me suis inscrit sur CE forum et participe régulièrement dans cette section, c'est aussi pour le plaisir d'échanger/partager avec les autres utilisateurs de cette gamme de matériel Synology. Avec ta logique, la base de connaissance sur le matériel Synology que constitue ce forum s'en trouverait bien appauvrie... Pour ce qui concerne le gain de temps, s'il y avait urgence de mon côté, je n'aurais pas posté... Chaque intervenant sur un forum fait en fonction de ses connaissances et de son temps pour trouver une solution à la problématique posée. Enfin, je vois que tu utilises une configuration très similaire avec ta connexion fibre SFR : j'imagine que tu as peut-être été content de trouver des retours d'utilisateurs sur le paramétrage de ton routeur pour remplacer la box SFR...
  18. 1 point
    Vtsax

    Download station et yggtorrent

    Salut, depuis là mise à jour de mon NAS, j'ai les mêmes soucis que vous 😞
  19. 1 point
    Poulpe

    Meilleur Logiciel Pour Sauvegarde De Fichiers Pc Vers Nas

    J'utilise Sauvegarde Facile (gratuit) qui permet de sauvegarder mes données sur mon NAS mais aussi une copie (cryptée) sur Dropbox en cas d'incendie ou de vol de mon domicile. Simple d'utilisation il fait son travail en arrière plan. Trouvé sur comment ça marche : http://www.commentcamarche.net/download/telecharger-34103056-sauvegarde-facile
  20. 1 point
    La version gratuite (Syncback Free) est déjà très complète et, si ça se trouve, suffisante pour répondre au besoin. En tout cas ça permet de se faire une idée sans frais sur ce logiciel que je recommande également chaudement.
  21. -1 points
    Zeus

    RT2600AC avec Orange fibre et SANS Livebox

    Quand tu auras aidé autant que je le fais (ça risque pas avec des 11 ans d'ancienneté et tes 140 messages), tu pourras venir m'en toucher une si tu le souhaites...😙 Maintenant que c'est dit, je ne vais pas plus loin sur ton sujet.
  22. -1 points
    Aladin91

    DSM 6.1 + Power Clignotement Bleu

    Si tu n as que la led power qui clignote,c est que ton bootloader a cracher. le 1511 à une carte vidéo,boot sur un linux. pour voir !!
  23. -1 points
    wistiti2019

    licence surveillance station

    quelle tuto?? Sinon j'ai mon collègue qui a le même modéle de NAS mais qui ne l'utilise uniquement pour stocker les photos de famille, était-il possible de faire un transfert de clé d'origine (pour les 2 caméras) vers mon Nas??
  24. -1 points
    wistiti2019

    licence surveillance station

    bonjour, j'ai 4 caméras ip (REOLINK) et j'utilise la surveillance station, seulement c'est là que je suis déçu, au-delà de 2 cameras, il faut acheter des licences.....vu déjà le prix du nas + HDD, je trouve ca limite...mais voilà business business.. J'ai vu qu'il existait un keygen pour avoir des licences (ou autre) mais impossible de le trouver....si une personne pouvait m'aider..ou me donner une autre solution. Merci
  25. -2 points
    wistiti2019

    licence surveillance station

    Merci pour vos commentaires mais pour le keygen, personne n'a jamais testé?
  • Lettre d’informations

    Voulez-vous être tenu au courant de nos dernières nouvelles et informations ?

    S’inscrire